Culture

Culture : le baptême du thron, un acte d’une haute portée spirituelle, ses bienfaits

L’investigateur 14/10/2020 à 08:40

HOUNNONGAN TCHEDJI KINNIDJI, membre de la CONAVAUTH, l’organisation faitière du vaudou thron, est un dignitaire de la divinité Thron Kpéto Déka Alafia. Fort de son parcours soldé d’une riche expérience aux cotés de cet esprit, il nous décrit les étapes du baptême THron, sans pour autant oublier d’énumérer les avantages de cette cérémonie solennelle

Le Baptême de thron est une cérémonie de haute portée spirituelle, a-t-il laissé entendre. Vu la solennité qui l’entoure, cette cérémonie revêt un caractère symbolique et constitue le ciment de l’union entre le désormais adepte et la divinité. Loin d’être une partie de plaisirs, le baptême de thron répond à des rituels bien précis. D’abord, l’individu qui veut sceller le pacte avec thron doit se rapprocher de son hounnongan afin de se faire une idée de la liste des ingrédients spirituels à fournir.

les kolas

Il s’agit de : poudres, parfums, colas, bougies etc…Quand on s’en tient aux explications du Hounnongan Kinnidji, ce baptême se fait en présence de celles-là, communément appelées « konfo non » ; c’est-à-dire des femmes du Hounnongan responsables du fétiche appelé « konfo » ; en plus d’autres adeptes. Une fois que les différentes parties devant conduire les rituels sont présentes, si par exemple l’individu ayant sollicité le baptême est une femme mariée, l’on insiste sur la présence de son époux. Après cela, il sera demandé à cette dernière, si elle pourra manifester sa loyauté à la divinité en marchant, selon ses prescriptions ?

Lire aussi : Cogito  : l’Ofpra, ce que j’en pense

Cette étape de questionnement débouche sur la consultation de l’esprit thron, pour avoir son avis quant à l’ouverture du bal de cet instant sacré. Si thron donne un avis favorable, le top de la cérémonie peut être donné .L’assistance est donc invitée à observer le silence et le hounnongan prend deux colas suivis de quelques nécessaires puis prononce la formule sacrée « Atinkin douvi Alafia » ; une formule reprise en chœur. Suivra ensuite l’exécution de la chanson « kounoumounou », une chanson qui fait appel à thron qui descend dans la vie de son nouvel adepte. L’on tient par la suite celui-ci par ses deux mains pour le présenter officiellement à thron avant de lui citer les interdits.

HOUNNONGAN TCHEDJI KINNIDJI

A ce niveau, il est important de rappeler que les interdits se trouvent tant au niveau alimentaire que comportemental. Et il convient de retenir que tout praticien de thron doit éviter de consommer la viande du porc et certaines catégories de poissons (Aboli) et de légumes (Gnantoto) pour ne citer que ceux-là. Les femmes pour ce qui les concerne ne doivent pas commettre l’adultère dans leur vie de couple. Elles doivent également éviter de se laisser emporter par la colère au point d’abandonner leurs rôles conjugaux.

Après que l’adepte est informé de tout ceci, on lui passe à certains endroits de son corps l’insigne du thron. Les colas sont à diviser en deux ; on jette une partie dans la loge de thron et la seconde est à manger par l’adepte. Si après le baptême, celui-là reste fidèle à thron il va bénéficier de son assistance dans tout ce qu’il aura à entreprendre dans sa vie.

Lire aussi : Ma Famille : une personne en garde à vue après le décès de l’actrice Aldine Sasso

Sa famille se portera bien, toutes ses affaires vont prospérer et aucune tentative humaine ne pourra avoir raison de lui ; a précisé Hounnongan Kinnidji. Pour finir, il a fait un clin d’œil à tous les membres de la Congrégation Nationale du Vaudou Thron(CONAVAUTH), l’organisation faîtière qui ne cesse d’œuvrer au service de la communauté thron.
R. S.




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer

Dernières publications





Facebook