Bénin/actualité nationale

Vicentia Boco ou le retour de bâton de l’affaire « Ecureuils Cadets Gate » ?

L’investigateur 9/12/2019 à 16:42

Plus d’an après « l’affaire trucage sur les âges des cadets béninois » dans laquelle elle a été poursuivie sans mandat de dépôt, l’ancienne ministre de l’enseignement supérieur, Vicentia Boco a refait son comeback médiatique. Au détour d’une sortie médiatique ce dimanche 08 décembre dans « l’Emission Sans Langue de Bois » de Soleil Fm, la présidente de l’Institut National pour la Promotion de la Femme (INPF) en a profité pour opiner sur l’actualité nationale

En effet, l’approche méthodologique du titulaire en imagerie médicale du CAMES, l’ex-ministre Vicentia Boco sur les sujets abordés au cours de "l’Emission Sans Langue de Bois" pose problème et laisse croire qu’elle en a gros sur le cœur, quant à la gestion du chantre du Nouveau Départ. Selon ses propos, « l’INPF et les Associations de femmes ont été gênés que la voix des femmes n’ait pas été consultée au moment de la prise de ces nouveaux textes », parlant de la récente révision de la constitution. A l’évidence, les textes en l’état après la révision de la constitution le vendredi 1er novembre 2019, offrent plus de garantis aux femmes contrairement au passé. Désormais, il leur est dévolu au minimum 24 sièges au parlement voire plus ; au meilleur des cas. Cela constitue une avancée et de ce point de vue, les réserves formulées par la présidente de l’INPF restent superficielles. Pire, son interprétation du rendez-vous manqué le 20 novembre 2019 entre Patrice Talon et Boni Yayi en compagnie d’une délégation de la CEDEAO laisse beaucoup sur leur faim. « L’ex-Président béninois a subi un violent choc dans ses déboires avec son successeur. Yayi est passé par une situation de choc terrible dans ses déboires avec Talon. C’était trop tôt d’avoir une telle rencontre en ce qui concerne la situation du Président Yayi qui a manifestement subi un violent traumatisme, explique-t-elle. Plus est, rappelle la radiologue, « voilà deux personnes, je parle des deux Présidents, -l’ancien et le nouveau- qui ont été très amis, qui ont été même des complices et qui sont subitement devenus des ennemis au point qu’il y a eu, vous vous rappelez l’histoire de tentative d’empoisonnement. Donc, pour n’importe quel individu, c’est déjà très difficile de regarder l’autre et de se dire dans sa tête ; cette personne a essayé de m’éliminer. Premier point. Au-dessus de ça, se rajoutent 52 jours (il a voulu) de privation de liberté, je passe sur les autres, l’incident de Dantokpa et tout ça ».
Au demeurant, il est vrai que tout ce qu’elle a rappelé est vérifié sauf la tentative d’empoisonnement qui jusqu’à preuve du contraire n’a été prouvée. Puisque le juge au bénéfice du doute à relâché les présumés coupables. Mais à un moment donné, les Béninois ont souhaité passer une éponge dessus et Boni Yayi a déclaré urbi et orbi qu’il a pardonné. Dès lors, pour une paix tant souhaitée par les Béninois que les institutions sous-régionales dont la CEDEAO après les incidents du 1er et 02 mai 2019, la tenue de la rencontre ne pose plus aucun souci. Remuer le couteau dans la plaie tel qu’elle l’a fait, donne pleinement raison à l’ancien président Boni Yayi qui a évité de rencontrer son successeur. Or, dans des situations du genre, autant faire table rase du passé pour avancer et d’ailleurs, « un mauvais arrangement vaut mieux qu’un bon procès », dit-on. A-t-elle particulièrement des reproches à faire au pouvoir en place ? Personne ne peut le dire. sauf que dans sa volonté de lutter contre la corruption, la présidente de l’INPF sur instruction des autorités a été interpellée par la justice septembre 2018 et poursuivie sans mandat de dépôt au même titre que l’un de ses employés dans l’affaire surnommée « Ecureuils Cadets Gate ». Une affaire de triche sur les âges des moins de 17 ans béninois aux conséquences implacables pour elle, parce que son cabinet a servi à réaliser l’examen de contre-expertise de l’imagerie par résonance magnétique (IRM), souhaitée par les autorités béninoises.




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer

BIENTÔT SUR VOS ÉCRANS







Dernières publications





Facebook