Bénin/Politique

Réconciliation des FCBE, vœu pieux de Boni Yayi ou baroud d’honneur ?

L’investigateur 4/01/2020 à 20:07

Lancé dans la résolution de la crise qui met progressivement en lambeaux sa formation politique, les Forces Cauris pour un Bénin Emergent (FCBE), l’ancien président de la République, Boni Yayi, réussira-t-il à sauver les meubles ? Le sujet occupe le menu des débats et polarise les attentions. A priori, le charisme de l’ancien patron de la BOAD et son pedigree laissent croire que la mission ne lui sera pas impossible. Mais la lézarde née des dissensions entre alliés d’hier, ennemis d’il y a quelques semaines pendant son absence est béante de sorte que les plus optimistes-nés se refusent d’admettre jusqu’à preuve du contraire, qu’une fumée blanche sortirait de Cadjèhoun, sa résidence, au terme de la médiation entreprise. Et pour cause !

Vaincre ou périr. Tel semble-t-il, est la mission de l’ancien président de la République, Thomas Boni Yayi, décidé à résoudre la crise qui frappe de plein fouet, sa formation politique, les Forces Cauris pour un Bénin Emergent (FCBE). Le retour au bercail du président d’honneur des FCBE, réelle tour de contrôle de l’opposition au régime de Patrice Talon devrait permettre de solutionner certains dossiers brûlants en instance. A l’effet, Boni Yayi s’est tout de suite attaqué, 48h après son retour des soins, à la crise de leadership qui secoue la formation politique dont il est le président d’honneur, les FCBE. Après quelques jours de spectacle offert par les "deux camps" sur les médias de la place, il a ainsi tenté de sonner la fin de la récréation. De ce fait, il a rencontré les deux ailes en conflit. A l’issue des rencontres, du 31 décembre 2019 et du 1er janvier du nouvel an, rien n’a filtré des entrevues. Mais, on se pose des questions. Boni Yayi est-il en mesure de ramener la paix au sein des Cauris ? N’est-ce pas un défi pour lui de régler la crise et partant, réconcilier tout le monde vu qu’une des deux ailes, comme le susurrent les mauvaises langues, a désormais des atomes crochus avec des proches du pouvoir ? Pourra-t-il convaincre l’aile des "durs-à-cuir" à rejoindre ceux qui sont légalement reconnus par les autorités ?
Il est évident que de son vivant et compte tenu des griefs qu’il a contre la pouvoir en place, Boni Yayi n’accepterait jamais que le parti FCBE aille à la « rivière ». Dès lors, il se battra bec et ongles pour résoudre la crise qui couve chez les siens. Seulement, il y a des raisons à tout le moins, fondées qui font admettre que son souci de résoudre cette crise paraît un vœu pieux.
D’abord, le fief du parti FCBE étant le Nord-Bénin, il est fort probable que l’aile reconnue légalement par les autorités en place et incarnée par l’ancien ministre de la culture, Paul Hounkpè n’ait pas pion sur rue dans cette partie du Bénin. Donc le risque que des cadres du parti qui continuent malgré la tempête, d’obéir aux doigts et à l’œil de leur leader charismatique Boni Yayi, se refusent de suivre le mot d’ordre des nouveaux leaders, reconnus par les autorités est grand.
Ensuite, pour les plus fidèles à Boni Yayi, ce fut une trahison que « leurs camarades », mordent à l’appât, histoire de s’offrir le récépissé, donnant quitus au parti qui a pris part au récent dialogue politique national organisé par le gouvernement du 11 au 14 octobre 2019.
Enfin, la collaboration semble-t-il, sera difficile dès l’instant où « l’aile Atchadé » et compagnie demeurent membres de la « Résistance » au pouvoir alors que les « légalistes » disent avoir tourné dos aux ‘’extrémistes’’.
En définitive, en dépit de la bonne foi de Boni Yayi et du défi que représente pour lui, la réconciliation entre les Fcbe pour ne pas dire son baroud d’honneur, il y a de fortes chances que sa médiation échoue.



Politique


 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer



Dernières publications





Facebook