Bénin

Nadine Okoumassoun : l’activiste sans son quitus fiscal après 17h31 continue la veille à la DGI

L’investigateur 2/11/2022 à 19:25

Difficile pour certains candidats d’obtenir le quitus fiscal qui constitue un maillon important des pièces à fournir pour les dossiers dans le cadre des législatives de janvier prochain. A quelques heures de la clôture du dépôt des dossiers, l’activiste Nadine Okoumassoun continue d’espérer à la Direction générale des impôts (DGI).

Presque en larmes, Nadine Okoumassoun s’en tient peut-être à la providence. « Il sonne 17h 31, à l’instar de plusieurs leaders du parti du peuple Les Démocrates, je n’ai pas encore mon quitus fiscal. « , a-t-elle posté sur sa page facebook. Selon ses dires, la non-obtention du quitus fiscal est la preuve que la mouvance empêche la compétition. « Un vrai compétiteur né doit aimer la compétition.
C’est un aveu de faiblesse de manœuvrer pour exclure ses adversaires dans une compétition. Qui plus est, les élections législatives », ajoute-t-elle. Par la même occasion elle demande au gouvernement et le Chef de l’Etat en particulier de « libérer les quitus fiscaux ». « Je demande au Chef de l’État Patrice Talon de libérer les quitus fiscaux », renchérit-elle.

| Lire aussi : Talon : ce que propose son gouvernement aux partis politiques pour obtenir facilement le quitus fiscal


Pourtant le problème est identique …

En effet, après les cris de détresse des opposants en particulier Les Démocrates, le Directeur général des impôts Nicoals Yênoussi est monté au créneau pour les confondre. A l’en croire, ceux qui crient, ne veulent juste pas payer les impôts. Dans une interview accordée à Frissons radio, le DGI a laissé entendre qu’il est tenu au secret professionnel sinon qu’il pouvait citer des noms de potentiels candidats proches de la mouvance qui sont dans la même situation et qui n’ont pas eu leur quitus fiscal.

| Lire aussi : Boni Yayi  : l’ex président ne peut plus faire un discours et attaquer le Chef de l’Etat, selon Azannaï

Contrairement à ces différents sons de cloche, une source proche de la Force Cauris pour un Bénin Emergent (FCBE), a confié à l’Investigateur que, confrontés au problème de la non-obtention de quitus fiscal, les dirigeants ont dû laisser sur le carreau, de potentiels candidats qui ont pourtant pignon sur rue. En outre, notre source a laissé entendre que certains de ces potentiels candidats traînent de lourdes ardoises vis-à-vis du fisc de sorte que la direction du parti a dû les lâcher pour évoluer. Ce qui dans l’ensemble prouve sans donner au DGI, le bon Dieu sans confession, que de potentiels candidats ont voulu jouer avec la naïveté d’un peuple et se font passer peut-être pour des victimes.




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer

BIENTÔT SUR VOS ÉCRANS







Dernières publications





Facebook