Bénin

Hounkpè : la jeunesse engagée aux côtés de son parti Fcbe pour les législatives de janvier prochain

Judicaël C. GBETO 27/08/2022 à 18:30

A quatre mois des législatives du 8 janvier 2023, toutes les chapelles politiques affûtent leurs armes. Chef de file de l’opposition, la FCBE annonce la couleur à travers la journée de réflexion organisée par sa jeunesse. 

Venus de toutes les circonscriptions électorales du Bénin, 25 délégués du Mouvement National de la Jeunesse Force Cauris pour un Bénin Emergent (MNJ-FCBE) étaient en conclave ces 26 et 27 août 2022 au siège du parti à Fidjrossè. C’est par la voix du Secrétaire National à la jeunesse, au sport et loisirs du parti, Issifou Amadou, que les travaux ont été lancés, en présence du Conseiller politique du Mouvement, Sydney Coffi et du Conseiller juridique du parti, Prosper Adoukonou.

Engagés dans une réelle bataille pour la conquête du pouvoir politique, les partis de l’opposition béninoise se préparent, chacun de son côté, afin d’arracher un fort nombre de sièges à la prochaine législature. Même si des difficultés s’observent de part et d’autre en ce qui concerne l’union au sein de l’opposition, la Force Cauris pour un Bénin Emergent (FCBE) reste sereine et poursuit son travail stratégiquement de porter la voix des laissés-pour-compte au parlement en janvier 2023. C’est dire donc que cette formation politique, qui plus est, porte-flambeau de l’opposition, ne dort pas, elle ne se repose pas sur ses lauriers, comme le pensent certains de ses détracteurs politiques. Elle a plutôt préféré se passer des commentaires inutiles pour le travail au quotidien sur le terrain. Ce qui lui permet d’avoir de la consistance. Ce n’est donc pas une formation politique tonneau vide. Pour preuve, son bras de fer, la jeunesse Fcbe, est rigoureusement en ordre de bataille dans les villes, localités et hameaux les plus reculés du pays afin de partager avec les populations, l’idéologie et la ligne de conduite politique du parti.


Sa jeunesse était en conclave de deux jours …

Installé il y a cinq mois, le Mouvement National de la Jeunesse Force Cauris pour un Bénin Emergent (MNJ-FCBE) a depuis plusieurs mois, mis le pied sur l’accélérateur à travers plusieurs activités. La plus consistante de toutes, est l’installation des démembrements déconcentrés par circonscription électorale, par commune, par village et autres du MNJ-FCBE.

C’est pour restituer tout ce qui s’est passé au cours de l’exécution de ce vaste programme d’activité mené partout sur le territoire national que 25 délégués du Mouvement se sont réunis ces 26 et 27 août 2022 à Cotonou. Il a donc été question de partager entre membres représentants, ce qui s’est passé sur le terrain et de dire comment chacun a pu réagir face à certaines difficultés rencontrées. Au cours des travaux qui ont meublés ces deux journées de réflexion autour du thème « législative 2023 : enjeux et stratégies pour une forte représentativité de l’opposition », ces jeunes de la Fcbe ont aussi échangé sur les stratégies à mettre en œuvres afin de faire un très bon score aux prochaines élections.

Le choix du cadre et le désir du MNJ-FCBE …

Le lieu de la manifestation n’est pas choisi par hasard. Selon le Coordonnateur national du MNJ-FCBE, Awali Mouhamed Akintola, « nous avons choisi le siège du parti pour faire cette activité parce que ça nous met directement en contact avec les membres du Bureau politique national qui sont de fins stratèges en matière politique afin que nous nous ressourcions et apprenions davantage d’eux mais aussi nous exposions nos réalisations sur le terrain ; ce que nous avons déjà fait et surtout ce que nous aurons à faire ».

Le vœu le plus cher du Mouvement à la faveur des prochaines élections législatives est d’avoir des représentants du parti FCBE au parlement afin de représenter la voix des sans-voix. « Notre désir, c’est de porter la voix du peuple à la 9ème législature de notre pays. Nous sommes à un tournant très décisif, les épreuves que nous font vivre la réforme du système partisan et la démocratie béninoise dans son ensemble est en train de balbutier. Nous nous considérons comme les sauveurs de cette démocratie, d’une manière ou d’une autre. Car, un parlement où il n’y a pas différents sons de cloche n’en est pas un », a confié A. Mouhamed Akintola.

Les 25 délégués ont donc été renvoyés vers leurs fiefs afin de restituer les décisions prises lors de ces deux jours de réflexion mais aussi pour rappeler aux militants à la base l’idéologie et la ligne de conduite politique du parti.




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer

BIENTÔT SUR VOS ÉCRANS







Dernières publications





Facebook