Bénin

Face à la presse, Koutché réitère sa volonté de participer autrement à l’élection de 2021

L’investigateur 17/09/2020 à 17:43

Le tournant de la présidentielle de 2021 est au centre des débats tout comme le retour des exilés. Il y aura-t-il 2021 sans Sébastien Ajavon, Léhady Soglo, Valentin Djènontin, Severin Adjovi et Komi Koutché tous condamnés par la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (CRIET) ?

A cette question, le dernier des exilés cités sur la liste pense à tort ou raison que son destin est arrimé à l’avenir de son pays, le Bénin. Au détour d’une conférence de presse tenue hier au Codiam de Cotonou par visioconférence, l’ancien ministre des finances Komi Koutché a une fois encore, martelé que 2021 ne se passera pas sans lui.

Lire aussi : Cour constitutionnelle : réception provisoire du bâtiment en chantier, ce 11 décembre 2020

Epinglé par la CRIET, Komi Koucthé a récemment sorti un livre dénommé « Ma version » dont plusieurs parties sont chaque jour, publiées sur les médias sociaux par ses apparatchiks. D’ailleurs pour l’ancien attaché de cabinet de l’ex-ministre Grégoire Laourou, « ‘’Ma version’’ est comme un cas d’école pour faire rêver les jeunes passionnés de la politique et ceux vivant dans les milieux les plus déshérités… Les turbulences et les incertitudes du moment ne doivent pas nous amener à désespérer ».
A cette conférence à laquelle certains hommes politiques, hostiles au régime de la Rupture ont pris part tout comme les hommes des médias du réseau de l’ancien DG/FNM, les informations glanées par l’Investigateur font état de ce que l’ex-ministre de la communication croit dur comme fer que 2021 ne se passera pas sans lui. « Je suis un croyant et c’est la croyance qui me donne cette foi. Si ce n’est que l’homme qui dit que c’est fini, il ya toujours espoir. Mon âme est liée au Bénin et l’avenir du pays ne se jouera pas sans moi. Je ne dirai pas plus sur mes stratégies ».

Lire aussi : Présidentielles 2021 : Joël Aïvo provoque Patrice Talon et sa mouvance

Pour quelqu’un comme lui qui a des soucis avec la justice, il est important de se demander s’il a un plan à faire passer juste pour concrétiser son rêve de 2021. C’est-à-dire, participer d’une manière ou d’une autre à l’élection présidentielle ; pour tout dire, un passage en force ?




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer

BIENTÔT SUR VOS ÉCRANS







Dernières publications





Facebook