Actualité

Bénin : voici les propositions « Des Démocrates » pour la modification du code électoral

L’investigateur 21/02/2024 à 20:48

Le député Abibou Woroucoubou, la rapporteure du groupe parlementaire, « Les Démocrates », Edwige O. Tossah et l’ancien secrétaire général du parti Restaurer l’Espoir, Guy Mitokpè, étaient devant la presse ce mercredi. Pour d’une part, informer l’opinion de ce qu’ils reprochent au code électoral actuel et, dévoiler ce qu’ils proposent pour garantir au Bénin, des élections transparentes et paisibles en 2026 d’autre part.

C’était l’occasion pour le parti de l’ancien président Boni Yayi, de soutenir sa proposition à travers des arguments. Pour le parti de Boni Yayi, il suffira juste de remplacer 03 jours après le dépôt des dossiers, le candidat dont les pièces ne sont pas à jour au lieu d’invalider toute la liste.
Ils estiment par ailleurs que la caution des élections est encore très élevée au Bénin. Comme solution alternative, l’opposition propose que la caution pour les élections présidentielle soit fixée à 25 millions de francs CFA, et pour les législatives à 300.000 FCFA par candidat tête de liste. Car, Nourénou Atchadé argumente en disant que le Bénin est le pays le plus cher, en termes de caution électorale dans la sous-région. En plus, « Les plus légitimes pour parrainer les candidats aux élections présidentielles sont les actuels maires et députés », soutiennent les opposants.

L’opposition béninoise propose pour les élections à venir, la compilation des résultats des votes, par arrondissement. Pour cela donc, elle souhaite la mise en place d’une commission d’arrondissement dont le rôle sera de collecter avec célérité, les résultats de commun accord avec toutes les parties prenantes. En plus, la création d’un comité ad’hoc, 160 jours avant les élections pour l’extraction de la liste électorale. Lequel comité devra être composé de 07 membres de la mouvance, de l’opposition, de la société civile de techniciens, Le refus de délivrance de procès-verbal par un agent de bureau de vote doit être désormais une infraction au code pénal, selon les opposants. Ces infractions doivent être imprescriptibles pour décourager les dérives connues au Bénin au cours des élections organisées récemment, selon le président Nourénou.

« Les élections mal organisées sont toujours la cause des troubles », rappelle l’honorable Guy Mitokpè. Dans sa proposition, l’opposition a épinglé le quitus fiscal qui est un outil d’exclusion qu’il faut enlever du code. « Le quitus fiscal est l’élément fondamental d’exclusion et des candidats et des partis politiques des élections. Dans toute la sous-région et même dans le monde entier, nous sommes le seul pays où le quitus fiscal est instauré. Au Sénégal, c’est seulement le candidat à l’élection présidentielle qui fait une déclaration sur l’honneur qu’il n’a pas de situation fiscale », a soutenu le député Nourénou Atchadé. Les conférenciers ont estimé qu’il faut éliminer des pièces à fournir, les certificats de nationalité, de résidence, le quitus fiscal, car L’acte de naissance sécurisé ou la carte d’identité biométrique, seuls suffisent pour valider le dossier.




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer

BIENTÔT SUR VOS ÉCRANS







Dernières publications





Facebook