Bénin : un député évoque les raisons des coups d'Etat en Afrique et fait des propositions

Rollis HOUESSOU 1er/02/2022 à 18:08

Dans un post sur sa page Facebook ce lundi 31 janvier 2022, l’Honorable Sèdami Awoyogbé MEDEGAN FAGLA a donné son avis sur les coups d’État répétés observés dans plusieurs pays africains ces derniers mois. Pour la parlementaire, la gabegie et la mauvaise gouvernance au sommet de l’État constituent entre autres, les mobiles qui sous-tendent ces coups d’État.

L’image que les multiples coups d’État en Afrique véhiculent est celle d’une jeunesse africaine qui a si peu d’espoir, si peu confiance en ses propres forces et en l’avenir pour bâtir le continent. Donc, elle préfère se jeter dans la méditerranée pour s’y noyer.

" Cette grande prédatrice, est belle et bien la gabegie à la tête de nos Etats, la mauvaise gouvernance, la corruption dans toutes les couches de l’administration, les échecs des dirigeants à impulser le développement dans notre région, leur incapacité à changer ce difficile destin des peuples africains. Les dirigeants élus démocratiquement doivent prendre conscience de ce désespoir qui anime la jeunesse africaine aujourd’hui et qui la pousse à préférer le suicide collectif", a-t-elle diagnostiqué.

| Lire aussi : Talon : une nouvelle plainte contre son gouvernement devant l’ONU

Pour l’élue de la 15ème circonscription électorale, cette jeunesse peut constituer une bombe à retardement si elle persiste dans l’impression que ses droits fondamentaux en tant qu’individu (qui sont : se nourrir, se soigner, s’éduquer et avoir un emploi) ainsi que son droit à vivre dignement sur la terre de ses ancêtres sont confisqués par "une élite dirigeante corrompue et incapable d’instaurer la bonne gouvernance, d’instituer la rigueur dans la gestion de nos deniers publics, une élite incapable de mettre la destinée et l’intérêt supérieur de l’ensemble au-dessus de ses préoccupations personnelles".

| Lire aussi : Savalou : RMIC condamne les atrocités de samedi et appelle les populations au calme

Tout chose loin de faire baisser les tensions, et pour la députée donc, il faut des propositions aux chefs d’État Africains pour qu’une porte de sortie soit trouvée.

" Il est urgent de lutter contre la corruption au sommet de l’Etat et dans l’administration publique, élever la conscience collective de nos compatriotes qui ont des responsabilités dans la gestion de l’Etat afin qu’ils aient l’intérêt supérieure et le sens du devoir bien accompli chevillés au corps, mettre en œuvre un programme d’urgence dans l’ensemble de la région ouest africaine, pour l’amélioration et la modernisation du système éducatif dans son ensemble et sortir cette jeunesse des discours creux, et outillez-la. Il n’y aura pas de miracle autre qu’une planification sur les prochaines décennies, un travail acharné, laborieux et intelligent avec à nos têtes de bons dirigeants", a-t-elle conseillé.




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer

BIENTÔT SUR VOS ÉCRANS







Dernières publications





Facebook