Actualités

Tenue de compatibilité-OHADA : voici la réaction de l’église Catholique au Bénin

L’investigateur 5/11/2023 à 15:56

Les lieux de culte des pays membres de l’Organisation pour l’harmonisation en Afrique du droit des affaires (OHADA), doivent tenir une comptabilité à partir du 1er janvier 2024. Cette décision prise lors du 53è conseil des ministres de l’OHADA, est bien accueillie par l’église catholique au Bénin à travers le diocèse de Cotonou.

Selon le père Hubert Kèdowidé, porte-parole de l’archevêque de Cotonou, non seulement, l’application de cette nouvelle disposition « amènera les églises et autres lieux de culte en Afrique à s’auto-discipliner en matière économique et financière », mais aussi constituera « une opportunité pour la mise en scène publique de l’impact social de l’Église sur le continent ».

A en croire ses propos, la mise en œuvre de cette réforme sera bénéfique pour l’Église. « Si on s’applique à bien établir les états financiers tel que souhaité, je crois que les États africains s’empresseront de subventionner l’Église car, ils auront une idée plus précise de l’énorme œuvre sociale qu’elle accomplit face à la misère humaine, en suppléant à l’État même dans les coins les plus reculés de nos pays ».

Lire aussi : [OHADA  : les églises et mosquées obligées d’avoir une compatibilité à partir de cette date)>https://www.linvestigateur.info/?OHADA-les-eglises-et-mosquees-obligees-d-avoir-une-compatibilite-a-partir-de&var_mode=calcul]

Le père Hubert Kèdowidé a précisé que « le diocèse de Cotonou est très en avance et n’aura pas de difficulté à s’adapter à la réforme de l’Ohada ». D’après ses explications, les institutions ecclésiales à savoir : écoles, hôpitaux, etc élaborent en début d’année, un budget et à la fin de chaque année, un bilan en est dressé. « Depuis l’année 2022, toutes les 114 paroisses du diocèse ont été invitées à déposer chaque année, un bilan financier présentant l’actif et le passif », a-t-il dit.

Toutefois, le porte-parole de l’archevêque de Cotonou reconnaît que « tout n’est pas encore parfait ». « Il faudra continuer à faire le contrôle financier afin que sur le plan comptable, à Cotonou, nous soyons de véritables intendants fidèles », a-t-il indiqué à La Croix Africa.




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer

BIENTÔT SUR VOS ÉCRANS







Dernières publications





Facebook