Football

Recours devant la Fifa : voici les 04 cas de figures auxquels le Bénin doit s’attendre

L’investigateur 23/11/2021 à 15:02

Dans quelques heures, la FIFA rendra son verdict après avoir accusé réception du recours du Bénin contre la RD Congo dans le cadre de son match comptant pour la 6è journée des éliminatoires de la coupe du monde, Qatar 2022. C’était le dimanche 14 novembre 2021 au stade des Martyrs à Kinshasa.

Quatre cas de figures se présentent et ceci, dans l’attente d’un verdict de la FIFA saisie par le Bénin dans un recours contre la RDC. Certes le Bénin a saisi la FIFA en raison de la violation de l’article 3 du jeu de la BOARD un peu en retard, mais il n’est pas exclu qu’il soit rétabli dans ses droits afin d’obtenir le ticket, susceptible de lui permettre de jouer les barrages. Analysons !

1er cas , la FIFA peut décider de sanctionner l’arbitre gabonais de la partie,Otogo-Castane. Mais ce faisant, l’instance basée à Lausanne en Suisse ne rendrait aucun service au Bénin qui cherche contre vents et marées, un ticket qualificatif pour les barrages. Plus grave, l’arbitre partira à la retraite dès décembre prochain. Ce qui suppose réellement que la sanction serait sans grands effets.

2è cas, la FIFA peut décider pour sa crédibilité, de faire rejouer le match sur terrain neutre. Et, c’est ce que le Bénin espère à défaut d’une victoire sur tapis vert .Dans ce cas en effet, le Bénin qui se dit lésé à travers les sorties médiatiques de ses dirigeants, peut tout au moins se satisfaire d’une telle décision.

3è cas  : il y a sans doute ce cas que nous n’allons pas passer sous silence. C’est cette jurisprudence concernant un match Libye vs Guinée Equatoriale, dans le cadre des éliminatoires de la CAN Cameroun 2021.

| Lire aussi : Éliminatoires coupe du monde 2022 : la Fifa tranche le recours du Bénin ce mardi

| Lire aussi : Michaël Poté : fin de carrière en club pour l’attaquant béninois

Le Nzalang Nacional s’était imposé au Caire devant les Libyens (3-2), avec là aussi quatre sessions de remplacement. Valeriano entrant à la 95ème minute de jeu pour le changement en infraction par rapport au règlement.

FAITS : La Fédération Libyenne de Football a adressé une protestation indiquant que l’équipe de Guinée équatoriale a aligné un joueur supplémentaire en profitant d’une 4eme période de substitution lors du match entre la Libye et la Guinée équatoriale disputé au Caire le 11 novembre 2020.

A la fin du match, la Libye se sentant lésée, a saisi la CAF au motif que son adversaire a effectué des changements sur plus de trois opportunités (NDLR Cas similaire à celui du Bénin). Conséquence, le Libye a saisi la CAF.

Mais contre toute attente, la CAF dans son verdict, ne lui a pas donné gain de cause. Son recours a été rejeté.

CONSIDERATION :

- Considérant les Statuts et Règlements de la CAF ;

- Considérant les recommandations du protocole Covid-19 de la CAF et de la FIFA ;

DECISION :

- Le Jury Disciplinaire de la CAF a décidé de rejeter la protestation de la Fédération Libyenne de Football.

En vérité, si on s’en tient à cette jurisprudence, la FIFA peut bel et bien, pour ne pas discréditer la CAF qui reste après tout, un allié avec Patrice Motsepe à sa tête, jouer le jeu et de ce fait, permettre à la RD Congo de préparer sereinement les barrages à venir.

4è cas  : il s’agit ici du dernier cas qui nous renvoi à un match de coupe en Allemagne. Wolfsburg club (NDLR D1 ALEMAND), disqualifié de la coupe d’Allemagne malgré sa victoire (3-1) en 32è de finale face à Prussen Münster (D4). C’était au mois d’août passé. Saisies, les instances du foot allemand ont constaté que Wolfsburg a fait un trop grand nombre de remplaçants et l’ont disqualifié. Mais ici, une précision vaut la peine : l’entraîneur néerlandais Mark Van Bommel de Wolsburg a effectué (06) remplacements au cours de cette 32è de finale, qui est allée jusqu’aux prolongations. Contrairement au cas RDC-Bénin où Hector Cuper, sélectionneur de la RDC, a respecté les 5 remplacements autorisés par les lois de la FIFA. Sauf qu’il a profité de 4 opportunités au lieu de 3, selon les mêmes lois.

En résumé, le Bénin doit s’attendre à l’un des quatre schémas évoqués. Toutefois, le recours peut ne pas mordre dans la mesure où, selon certains spécialistes, le timing n’a pas été respecté.



Sport


 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer



Dernières publications





Facebook