Bénin

Opinion : Talon, le Chef de l'État et son nouveau défi en 2024

L’investigateur 17/04/2022 à 20:28

Dans la course à la réussite de l’ambitieux pari des 100% de couverture en eau potable d’ici 2024, six ans donc avant l’échéance de 2030 fixée par les Nations-Unies pour atteindre les objectifs de développement durable (ODD), le navigateur du Nouveau départ a mis tous les clignotants au vert. Les performances élogieuses réalisées à l’aune du PAG1 fusionnées aux actions haut débit actuellement à l’œuvre dans la noosphère du PAG2 pour l’accès universel à l’eau potable incitent à l’optimisme.

Notons d’emblée que depuis 2016, le président Talon travaille à assurer l’accès universel à l’eau potable à tous les Béninois où qu’ils vivent sur le territoire national. Guidé par une conscience morale, une devise, le gouvernement qu’il chapeaute a consenti sur le premier quinquennat aussi bien en milieu urbain que dans les zones rurales de gros efforts assortis d’investissements massifs ayant permis de porter le taux de couverture en eau potable de 40% à 70%. Le printemps a pris chair faisant tourner la machine de l’or bleu à plein régime et Talon ne veut pas changer de cheval au milieu du gué. Surtout qu’il est question d’amplifier l’offre des services sociaux de base.

| Lire aussi : Bénin : les 18 candidats retenus pour l’entretien du recrutement d’agents de santé à la CNSS connus

De la sorte, sur le ressort du PAG2, l’establishment Nouveau départ s’est engagé à poursuivre ces efforts en consacrant 699 milliards de nos francs à la vaste perspective de l’accès universel à l’eau potable. En clair, il s’agit d’améliorer la desserte en milieu urbain et approvisionner en eau potable les populations des zones rurales non raccordées aux réseaux d’eau nationaux. Et à l’étape actuelle des choses, tout donne à croire que l’espoir prendra corps. Réuni en Conseil des ministres le mercredi 30 mars, le gouvernement a autorisé la contractualisation avec un bureau spécialisé en vue de la réalisation dans un délai très bref des études techniques détaillées, préalable aux travaux d’amélioration de la desserte en eau potable au quartier Akpakpa et environs afin d’atténuer immédiatement la situation critique de déficit de production de l’eau qui affecte les habitants de ces zones. Une réponse salutaire aux cris de détresse de cette frange de la population confrontée aux affres des coupures de fourniture d’eau potable ou de la faiblesse du débit dans les robinets. Une communion transparente et totale entre Talon et son peuple... Dans la même vision de développement de l’alimentation en eau potable , le pouvoir Talon signait ce 11 avril avec des opérateurs internationaux, trois contrats d’affermage et de travaux connexes pour la production et la distribution d’eau potable en milieu rural. Pour l’approvisionnement des habitants des zones rurales estimées à près de neuf millions de personnes en cette ressource naturelle essentielle à la vie, une nouvelle aurore se lève. Remarquons-le en passant, les externalités positives générées par le flux des actions de haut lignage menées au profit du secteur de l’eau apportent une contribution significative à la dynamique de prévention des problèmes de santé publique, tant il est vrai que selon les statistiques, en Afrique, 80% des maladies sont d’origine hydrique.

| Lire aussi : Aïvo : lettre ouverte d’un ami au Professeur qui vient de boucler 12 mois en prison

A l’heure où la cruelle désillusion provoquée par les monstrueux accrocs de la pandémie de Covid-19 et du conflit russo-ukrainien a mis tout en question sous d’autres cieux, le réformateur national s’investit sans se lasser dans l’amélioration du bien-être social des populations en créant en toutes circonstances les conditions d’une véritable communauté nationale. Il est dans la nature d’une grande Nation de concevoir de grands desseins, il est bien vrai. Dans la grande limpidité bleue du ciel du Nouveau départ, le cicérone de la Marina amène le Bénin entier vers les sources vives du fleuve de l’accès universel à l’eau potable. Objectif 2024. Bien entendu, bien avant celui de 2030 des Nations-Unies dans les mensurations des ODD. Talon marche sur l’eau. Et la traversée est déjà féconde.

Boris FATONDJI




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer