Bénin

Médecine traditionnelle : Ernest Houndadjo affiche ses ambitions pour le CREMET après sa réélection

L’investigateur 25/10/2020 à 14:41

« On ne change pas l’équipe qui gagne », a-t-on coutume de dire. Convaincu de la portée de ce dicton populaire, les membres de l’ONG, Creuset pour la Rénovation et l’enracinement de la Médecine Traditionnelle (CREMET), n’ont pas lâché la proie pour l’ombre ce samedi 24 Octobre 2020. Ils ont reconduit pour un nouveau mandat de quatre ans à la tête de ladite association, M. Ernest HOUNTONGNIMI HOUNDADJO, un vrai défenseur de la cause endogène. Ceci au détour de leur Assemblée Générale tenue à Bohicon, Maison TODAHO.

En agissant de cette manière, les participants à ce Rendez-vous annuel très important dans la vie de cette association née pour mettre sur un piédestal, la guérison par les plantes, ont donné carte blanche à la gestion de leur conseil d’administration. Cette marque de confiance renouvelée mérite pleinement son sens quand on déplie la trame du bilan de gestion de l’instance.

Des participants à l’Assemblée générale

Un bilan passé au crible, devant une assistance composée des membres du CREMET, venus des douze départements du Bénin. Ernest HOUNDADJO, en présentant de fond en comble, le point des activités qu’il a eu à mener avec son staff, au bout des quatre dernières années, dans son rapport moral est revenu sur la genèse du CREMET. Et aussi les différents efforts consentis pour amener l’association à creuser son sillon dans le landerneau des structures ayant une existence légale au Bénin. Ce fut un véritable parcours de combattant secrété par la volonté de l’homme à faire renaître de ses cendres le sous secteur de la Médecine endogène.

Pourtant des efforts restent à faire…

Ils sont tous prêts pour les défis qui attendent

Cependant après ce lourd sacrifice, il apparaît que la filière est mise au rebut en dépit de son efficacité. Les maux qui l’étranglent sont de plusieurs ordres. Il s’agit de ceux d’ordre politique ; organisationnel et structurel ; administratif et législatif ; financier ou économique, et enfin social.
En ouvrant chacun de ces volets, on peut retenir ce qui suit :(Volet politique)
La monopolisation du secteur de la santé par la médecine moderne, les menaces de l’Occident à l’endroit des autorités béninoises etc...

Volet organisationnel, structurel

L’inexistence de l’ordre des tradipraticiens, le manque d’un cadre harmonieux pour la transmission de savoirs endogènes (écoles), la vente anarchique des produits de la médecine traditionnelle, le manque de laboratoires etc...

Volet administratif, législatif

L’inexistence d’une loi considérant l’exercice des pratiques de la Médecine Traditionnelle au Bénin, la non constitutionnalisation du secteur de la Médecine Traditionnelle etc...

Volet financier, économique

La non implication des opérateurs économiques, le manque des structures financières étatiques pour appuyer les projets et les recherches de la Médecine Traditionnelle.etc...

Volet social

Le non assainissement de la filière, l’autoproclamation de certains acteurs se disant praticiens de la Médecine Traditionnelle, le désintéressement des jeunes pouvant assurer la transmission etc...




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer

Dernières publications





Facebook