Actualité

Mali : les cours et tribunaux paralysés par les magistrats en colère contre Assimi Goïta

L’investigateur 1er/12/2022 à 17:41

Dans un communiqué en date du mardi 29 novembre 2022, le Syndicat Autonome de la Magistrature SAM et le Syndicat Libre de la Magistrature SYLIMA ont invité leurs militants à boycotter la rentrée solennelle des cours et tribunaux prévue pour ce jeudi 1er décembre 2022. Les deux syndicats regrettent la provocation dont ils ont été l’objet de la part du pouvoir exécutif, ce qui a conduit à une grève de cinq jours déclenchée.

A travers un communique le SAM et le SYLIMA saluent sincèrement la discipline, l’engagement et la détermination de leurs preux militants et militantes car l’objectif recherché de l’autre côté était de diviser les membres de la même corporation en y proclamant des privilégiés tout en caporalisant la justice. Le SAM et le SYLIMA, poursuit le communiqué, ne sont à la solde de personne si ce n’est de la magistrature et exigent le retrait pur et simple du projet de loi séparatiste, inéquitable et asservissant.
Ils regrettent profondément les nombreux désagréments découlant de la présente situation à l’égard des usagers du service public de la justice, qui sont exclusivement imputables au gouvernement de la transition. Ainsi le SAM et SYLIMA invitent de nouveau leurs militants à boycotter la cérémonie solennelle de rentrée des cours et tribunaux qui était prévue pour ce jeudi 1er décembre 2022 au siège de la cour suprême.

| Lire aussi : Assimi Goïta : le président reçoit le médiateur de la crise malienne avant le Sommet de la CEDAO le 3 décembre

Enfin, le SAM et le SYLIMA se réjouissent de ce que les magistrats du Mali, comprennent que les questions de principes et d’honneur doivent l’emporter sur toutes autres considérations.

En outre, ils ont lancé une grève de cinq jours, annoncent les médias locaux. Les causes de cet arrêt de travail sont au nombre de trois. D’abord, il s’agit de la volonté du gouvernement de « modifier l’âge de départ à la retraite des membres de la Cour Suprême ». Ensuite la relecture de la loi sur le statut de la Magistrature et enfin, l’adoption des projets de décret portant plan de carrière des magistrats et celui fixant classement des juridictions, selon Maliweb.



Inter


 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer

BIENTÔT SUR VOS ÉCRANS







Dernières publications





Facebook