Actualité

Macky Sall : le président sénégalais interrogé aux Pays-Bas sur le 3è mandat, voici sa réponse

L’investigateur 12/09/2022 à 03:28

En visite à Rotterdam (Pays-Bas), le président sénégalais, Macky Sall a évité exprès de se prononcer sur la question du troisième mandat à lui posée par les journalistes. Alors que le sujet agite le milieu politique dans son pays.

En effet, la question du 3è mandat posée au président sénégalais au cours de sa visite est venue de l’agence de presse américaine Bloomberg qui lui a demandé s’il était tenté de briguer un éventuel troisième mandat. De façon plus ou moins péremptoire, la réponse aura été formelle. « Je n’ai jamais répondu à cette question dans mon pays, et je ne vais pas le faire à l’étranger ! », a déclaré Macky Sall.
Sauf qu’il a quand même nuancé en faisant remarquer qu’il ne voudrait pas violer les principes démocratiques. « Je ne suis pas quelqu’un qui cherche à dévoyer la démocratie. », dira-t-il par la suite.

| Lire aussi : Afrique : Buhari du Nigeria envoie des émissaires au malien Assimi Goïta

Élu en 2012 pour un mandat de sept ans et réélu en 2019 pour cinq ans, Macky Sall n’est pas clair sur la question liée au 3è mandat. Du coup les opposants l’accusent de vouloir briguer un mandat de trop. Au cours des dernières manifestations interdites de l’opposition, le sujet est revenu plusieurs fois. Le leader du Pastef (Ousmane Sonko) qui a formellement déclaré sa candidature à la prochaine élection présidentielle accuse Macky Sall d’entretenir le flou autour de ce sujet. Pour lui, l’actuel président sénégalais est habité par « l’obsession » de briguer un troisième mandat en 2024.
L’opposition quant à est, veille en permanence et cherche à l’obliger à y renoncer. Par des manèges, au cours des dernières législatives au Sénégal, le régime en place a réussi à invalider, grâce aux instances de gestions des élections, la candidature de certains barons de l’opposition dont Ousmane Sonko qui ne sera pas à l’Assemblée pour la bataille contre une quelconque loi visant la modification de la constitution.




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer