Côte d’Ivoire

La gendarmerie de Yopougon réprime une marche des élèves

L’investigateur 13/01/2020 à 19:59

La mort d’Ani Guibahi Laurent Barthélemy, retrouvé mort dans les trappes du train d’atterrissage d’Air France le jeudi 9 janvier dernier, continue de faire des mécontents. Comme en témoigne le mouvement d’humeur de ses camarades élèves qui ont décidé de battre le macadam.

Ce lundi 13 janvier en effet, à Yopougon niangon Lokoua, les amis élèves d’Ani Guibahi Laurent Barthélemy ont décidé d’organiser une marche, rapporte 7info. Mais cette marche des élèves du lycée Municipal Simone Ehivet Gbagbo n’a pas pu avoir lieu, parce que les forces de la gendarmerie nationale ont été déployées pour les en empêcher. Non loin du lieu de rassemblement, la gendarmerie nationale a dressé un important dispositif au carrefour Texaco de Yopougon, proche du lieu de rassemblement des élèves du lycée afin d’empêcher la manifestation. En cause, le drame du jeune homme de 15 ans, retrouvé mort dans les trappes du train d’atterrissage du vol AF 703 d’Air France. Découverte de son corps à l’arrivée de l’avion en provenance d’Abidjan, à l’aéroport Roissy Charles de Gaulle (23 km au nord-est de Paris). Or, selon le Ministère des Transports de Côte d’Ivoire, Ani Barthélémy, le jeune lycéen de la classe de 4è aurait eu accès à l’Aéroport international Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan en « escaladant le mur ». Puis, s’est tapi dans l’espace vert pour grimper sur le train d’atterrissage de l’avion au moment où l’appareil ralliait la piste de décollage. A en croire les témoignages de son voisin de classe du lycée, « c’était un élève assez timide qui est arrivé en cours d’année. Il était un brillant élève qui avait les notes de 17 et 18 en classe ». Après sa disparition, l’école a lancé un avis de recherche, suite à la plainte de son père.




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer

BIENTÔT SUR VOS ÉCRANS







Dernières publications





Facebook