Côte d’Ivoire

L’opposant Mamadou Koulibaly ressent les derniers soubresauts de Ouattara

Judicaël C. GBETO 27/12/2019 à 10:47

Les assauts continuent de pleuvoir sur le mandat du Président ivoirien, Alassane Ouattara. A seulement dix mois des élections présidentielles en Côte d’Ivoire, les mouvements de contestations, les interpellations et surtout le mandat d’arrêt international lancé contre l’ancien président de l’Assemblée national ivoirienne, Guillaume Soro, dressent l’opposition contre Ouattara. Candidat déclaré aux prochaines élections présidentielles, l’opposant Mamadou Koulibaly n’a pas été tendre envers le n°1 ivoirien.

La situation politique en Côté d’Ivoire ces derniers temps est assez préoccupante. Le président Alassane Ouattara est de plus en plus décrié par ses concitoyens. Le successeur de Laurent Gbagbo est farouchement critiqué dans l’opposition pour certaines de ses décisions politiques mais aussi pour le silence « coupable » sur son avenir politique. Il faut dire que Ouattara continue d’entretenir le flou sur sa propre candidature à la présidentielle. Ce qui n’est pas du goût des Ivoiriens qui croient qu’il serait en tain de se mettre « au-dessus des lois ». L’opposant Mamadou Koulibaly n’est pas allé par quatre chemins pour le lui fait savoir. « Ce monsieur va tout foutre en l’air. Il est affaibli, il est isolé. C’est le moment de lever la tête », s’exprimait jeudi dernier dans une vidéo diffusée sur Facebook l’ancien président de l’Assemblée nationale et candidat déclaré aux prochaines élections présidentielles. Le fondateur de Liberté et Développement pour la République (LIDER) abordant le sujet relatif au mandat d’arrêt international émis lundi par la justice ivoirienne à l’encontre de l’autre ex président de l’Assemblée nationale, Guillaume Soro, interroge le Chef de l’Etat : « le peuple de Côte d’Ivoire est au-dessus de vous. En avez-vous conscience ? Il qualifie de violation des lois de la République ce mandat d’arrêt et les incarcérations de 15 proches de Soro dont des parlementaires. Actes qui, selon M. Koulibaly, en rajouteraient à la tension politique déjà existante. Il finit ses propos en accusant encore Ouattara : « Vous méprisez le peuple et profitez des fêtes pour apeurer tout le monde. Les gens ont besoin de tranquillité ».




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer