Actualitlé

Frais de dossiers au CEP : plainte contre le rançonnement des directeurs d'écoles

L’investigateur 25/11/2021 à 07:52

A travers un communiqué en date du mercredi 24, le ministre des Enseignants Maternel et primaire, Salimane Karimou met en garde, les responsables d’établissements scolaires privés et publics sur le rançonnement des parents d’élèves. Ceci par rapport au réel montant des frais de constitution des dossiers à l’examen du C.E.P.

En effet, le communiqué du ministre intervient suite aux plaintes répétées des parents d’élèves en rapport au frais exorbitants qu’ils paient pour les frais de constitution de dossier d’examen de leur enfant.

| Lire aussi : Bénin : Orounla accède à la requête des prostituées et échange avec différents acteurs du secteur

Selon la note de service N°2667/MEMP/DC/SGM/SP du 06 novembre 2017, chaque candidat au C.E.P doit payer pour la constitution de son dossier d’examen, un montant de 1.500 au total à raison de 200 FCFA pour les frais du relevé de notes, 500 FCFA pour frais d’inscription et 800 FCFA pour l’établissement de la carte. Malheureusement , certains parents d’élèves sont obligés de s’en tenir aux frais exorbitants que leur exige l’établissement. A en croire le ministre "certains établissements publics que privés rançonnent impitoyablement les parents d’élèves en fixant de façon fantaisiste et selon leurs caprices, les frais de constitution des dossiers de candidature au C.E.P allant de 3.000 jusqu’à concurrence de 10.000 FCFA". Salimane karimou demande donc instamment aux acteurs de l’école, notamment les Chefs de Région Pédagogiques (C.R.P), conjointement avec les Conseillers Pédagogiques (C.P) et toutes autres personnes jugées compétentes, [2] suivre le processus de constitution des dossiers dans les écoles afin de mettre fin à toutes velléités contraires aux textes en vigueur".

| Lire aussi : Factures normalisées : remboursement des frais d’acquisition des machines lancé, les détails

Le ministre a fini par invité les parents d’élèves victimes à dénoncer ce type de rançonnement à l’avenir.

Maurelle Hessou



Société


 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer



Dernières publications





Facebook