Bénin

Djogbénou chef de parti : "Il y a comme une succession de fidélité, de loyauté", selon Ousmane Alédji

L’investigateur 24/08/2022 à 23:28

La fusion entre l’Union Progressiste et le Parti du Renouveau Démocratique reste le ferment de l’actualité politique au Bénin, ces derniers jours. Et beaucoup d’acteurs politiques comme ceux du domaine de la culture voient d’un bon œil, cette union.

Tel est le cas d’Ousmane Alédji qui pense plutôt qu’au-delà d’une simple fusion, cette alliance acte la disparition du Prd et matérialise l’"évolution dans l’histoire politique du Bénin. ..Il faut à un moment donné s’adapter". En outre, il avoue qu’il s’agit d’une seconde chance que le président Patrice a voulu donner à Maître Adrien Houngbédji. Dans son entretien accordé à RBM, il voit ‘’ une volonté politique qui veut que les lois ne soient pas touchées mais que les dynamiques en place s’adaptent aux nouvelles lois, aux nouvelles règles du jeu, sinon vous mourez". Il salue par ailleurs l’arrivée de Joseph Djogbénou à la tête de l’Union progressiste, et loue sa fidélité à l’égard du chef de l’Etat. A l’en croire, dans un pays où on est habitué à "une classe politique impudique", l’ancien président de la Cour constitutionnelle montre qu’il est possible de rester loyal sans changer de bord politique à tout bout de champ.

| Lire aussi : Djogbénou : voici l’intégralité du discours du Professeur à la naissance du parti UP Le Renouveau

Rappelant les débuts de l’ancien président de la Cour constitutionnelle en politique via le mouvement « Alternative Citoyenne », il rappelle que ledit mouvement a soutenu la candidature de Patrice Talon en 2016 et "depuis ils cheminent ensemble. Il y a comme une succession de fidélité, de loyauté", a déclaré le promoteur culturel. Quant à sa démission, il révèle qu’il s’agit d’un "déplacement de vision, d’énergie, un sacre de la loyauté". "L’avocat, on lui connaît aussi un maître, donc c’est une fidélité, une loyauté qui se poursuit" pense Ousmane Alédji qui n’imagine pas l’avocat quitter la Cour constitutionnelle sans l’onction de Patrice Talon.




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer