Bénin

Désiré Vodonou : de nouvelles révélations sur l’arrestation de l’ancien député

L’investigateur 7/11/2022 à 17:31

L’ancien député, Désiré Vodonou, membre du parti Bloc Républicain, est placé depuis le vendredi 04 novembre 2022 sous mandat de dépôt. Cité dans une affaire d’intrusion dans le système informatique d’une banque pour laquelle il espérait obtenir une somme allant jusqu’à 3 milliard, l’homme d’affaires est retourné en prison.

L’ancien député Désiré Vodonou et deux autres personnes ont été placés sous mandat de dépôt, ce vendredi 04 novembre 2022, après leur audition devant le procureur spécial de la cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (CRIET). Ils ont été accusés d’avoir tenté d’accéder au serveur d’une banque. Objectif : récupérer entre 2,5 et 3 milliard de francs CFA.

| Lire aussi : Bénin : l’ancien député Désiré Vodonou placé sous mandat de dépôt par Mario Mètonou

Dans l’atteinte de cet objectif, l’ancien député a fait appel, dans un premier temps, à un hacker ivoirien qui n’a pas réussi l’opération. Il a ensuite contacté un autre tanzanien qui, après des tentatives infructueuses, a expliqué que pour réussir son coup, il devra accéder au système central de la banque, selon Banouto.

| Lire aussi : Talon : son gouvernement donne de délai dans ce mois pour augmenter les salaires des travailleurs

C’est après toutes ces tentatives infructueuses que l’ex-parlementaire et ses acolytes, auraient pris la décision d’entrer en contact avec l’informaticien de la banque. Ce dernier est partant, mais a préféré associer un collègue de la banque aux fins d’avoir accès au système central. Pour un marché conclu, il devrait être rémunéré. Mais pris de panique, ce dernier déclinera l’offre pour alerter les responsables de l’institution financière.
Lorsqu’ils ont reçu l’information, les responsables de la banque ont interpellés par le biais de la police, tous ceux qui sont impliqués. Ils sont actuellement placés en détention provisoire pour « accès et maintient illégal dans un système informatique, escroquerie, blanchiment de capitaux ».




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer