Bénin

Criet : Madougou est devant des observateurs et non des juges, (avocat Français)

L’investigateur 10/12/2021 à 11:34

Après son retrait de la salle d’audience de la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (Criet), l’avocat français Antoine Vey a fait une déclaration à la presse. Pour lui, sa cliente n’a pas devant elle, une juridiction indépendante. Lire l’intégralité de ses propos.

« J’ai le sentiment que Reckya Madougou n’a pas devant elle, une juridiction indépendante et impartiale. Et, je veux faire passer le message que c’est très dommageable pour l’image du Bénin à l’international. Car, le Bénin est un État qui, quand on le regarde à ce procès n’est plus un État de droit.

C’est en fait une démocratie qui ne respecte plus le pluralisme électorale et c’est aussi un État dans lequel il devient dangereux de vouloir faire valoir une voix différente.
Les droits civils et politiques de Reckya Madougou ont été violés et aujourd’hui malheureusement, c’est sa liberté qui est en cause. Donc, je souhaite que tout le monde le sache pour que les personnes qui sont en responsabilité puissent prendre des mesures adéquates et revenir à un climat d’une plus grande liberté.

Vous auriez constaté que c’est une femme combative, une femme indépendante. Et quelle que soit la décision qui sera rendue aujourd’hui, c’est une femme libre d’esprit, libre dans sa parole. Elle se défendra toute à l’heure parce-que de toute façon elle n’a pas le choix. Car, elle se retrouve dans ce processus que je considère ne pas être un processus de justice.

Mais elle doit parler et j’espère qu’elle établira son innocence au moins devant les observateurs si ce n’est devant les juges. J’ai donc toute confiance en ses capacités à tenir bon dans cette épreuve pour laquelle je rappelle que tous les soutiens nationaux et internationaux sont importants. »

Poursuivant, il ajoute :

« … ma cliente est accompagnée d’un confrère interne Béninois qui va la défendre sur le fond du dossier. Et elle sait qu’on la soutient indépendamment de notre présence dans ce processus .Elle sait notre indéfectible soutien à ses côtés. Et le fait que nous continuerons tant qu’elle est incarcérée à dénoncer ce qui relève d’une profonde injustice ».

Transcription : Maurelle Hessou




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer