Actualités

Coup d'État déjoué en RDC : ce que l'on sait du principal suspect, Christian Malanga

L’investigateur 20/05/2024 à 20:37

L’armée congolaise a annoncé avoir déjoué un coup d’État perpétré dans la nuit du samedi 18 au dimanche 19 mai 2024, contre le régime du président Félix Tshisekedi. Et depuis, un seul nom circulent sur toutes les lèvres comme le cerveau dudit coup d’État avorté. Il s’agit de Christian Malanga. De qui parle-t-on ? L’ancien militaire et homme politique devenu homme d’affaires ?

Christian Malanga serait à l’avant-garde du coup de force déjoué par l’armée congolais dans la nuit du 18 au 19 mai 2024. Au-delà des nombreuses casquettes dont dispose Christian M., lesquelles suffiraient à convaincre plus d’un de son inculpation, il a été aperçu dans des vidéos largement diffusées sur les réseaux sociaux comme celui qui donnait les ordres. Dans ces vidéos, Christian Malanga profèrerait des menaces et invitait le président Félix Tshisekedi à quitter le pouvoir.

Christian Malanga est un ancien militaire. Homme politique, il est aussi connu dans le milieu des affaires. Président du parti congolais uni, Christian Malanga ne cache pas ses ambitions pour le pouvoir. C’est d’ailleurs ce qui l’amène à créer un gouvernement au nom de la « Nouvelle Zaïre », alors qu’il était en exil à Bruxelles. Plusieurs années durant, l’homme a connu l’exil. Aux États-Unis en 1998, c’est en 2006 qu’il retourne au pays pour son service militaire. Capitaine, il accède à plusieurs grades et s’est tapé une bonne place au sein de l’armée.

Sa stature et ses années d’expérience l’ont précipité vers le monde des affaires où il connaît un succès franc, à travers sa société de BTP Malanga Congo. Une fois candidat indépendant aux élections législatives en tant qu’opposant, le principal suspect du dernier coup d’État au Congo a, pendant un moment, côtoyé la prison. C’est à sa sortie qu’il va concrétiser son idée de création d’un parti politique en déclinant l’offre du pouvoir. Alors que l’armée laisse encore le doute plané sur les présumés auteurs de l’attaque présidentielle de la nuit du 18 au 19 mai, Christian Malanga est dans tous les collimateurs. Selon certaines sources, l’homme aurait été même abattu lors de la réplique de l’armée.




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer





Dernières publications





Facebook