Afrique

Côte d’Ivoire : la réaction de Soro après le choix du dauphin de Ouattara

L’investigateur 14/03/2020 à 10:40

Au lendemain du choix du premier ministre ivoirien, Amadou Gon Coulibaly comme candidat du RHDP à l’élection présidentielle d’octobre prochain en Côte d’Ivoire, le leader de GPS, Guillaume Soro a réagi. Dans un entretien accordé à APA, l’ex-président de l’Assemblée national de Côte d’Ivoire critique ce choix et estime que seul, le peuple ivoirien peut élire un président de la République.

Pour Guillaume Soro, le choix de Gon Coulibaly comme futur candidat du RHDP et par ricochet, du dauphin de Ouattara est le « scénario d’une vraie forfaiture qui se met en place ». « Le pouvoir appartient au peuple, c’est indéniable. Ce n’est ni un héritage, ni un legs. Il ne se transfère pas. C’est au seul peuple de Côte d’Ivoire d’élire le président de la République. C’est son droit inaliénable », a-t-il déclaré. Une manière d’insinuer que M. Ouattara veut mettre en place, un projet d’attribution successorale du pouvoir suprême, par le détour d’intrigue constitutionnelle. « … Renoncer à violer la Constitution, excusez du peu, est la moindre des choses. Cela n’en rend pas moins condamnable le dessein présidentiel, totalement assumé, de transférer le pouvoir à un successeur choisi », confie-t-il à APA.
« J’en appelle à l’alliance de toutes les forces démocratiques de Côte d’Ivoire. Au-delà c’est à tout le Peuple de Côte d’Ivoire que je fais appel. L’heure est à l’union sacrée, face aux périls qui menacent nos libertés et notre Nation », a conclu M. Soro, dans sa logique de s’opposer à la révision constitutionnelle. Parce qu’à l’en croire la période ne s’y prête point.
Rappelons que Soro fait l’objet d’un mandat d’arrêt international depuis le 23 décembre et vit en exil à Paris.




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer



Dernières publications





Facebook