Commémoration de la JISTNA : le CCOM23 à pied d’œuvre pour célébrer la mémoire de ses aïeux

L’investigateur 16/04/2022 à 08:32

Le Comité de Commémoration du 23 AOÛT (CCOM23), Association en charge de l’organisation de la JOURNEE INTERNATIONALE DU SOUVENIR DE LA TRAITE NEGRIERE ET DE SON ABOLITION (JISTNA), s’apprête à sacrifier à la tradition dans le cadre de la célébration de l’édition 2022. Pour cela, les petits sont en train d’être mis dans les grands pour en faire une totale réussite.

Informer l’opinion du soutien de l’UNESCO à JISTNA 2022 par l’attribution du label « UNESCO, Route de l’esclave : Résistance, Liberté, Héritage », obtenu le 21 Mars 2022 ; Transmettre la Mémoire à la Jeunesse par la reprise des projections de films sur la traite négrière et l’esclavage dans les collèges et lycées ; Faire connaître les sites historiques à la Jeunesse à travers leur visite. Ce sont entre autres, les objectifs que s’est fixé le CCOM 23 à travers une relance de ses activité qui passe par la célébration de la JOURNEE INTERNATIONALE DU SOUVENIR DE LA TRAITE NEGRIERE ET DE SON ABOLITION (JISTNA).

| Lire aussi : Cotonou : 07 suspects arrêtés après le braquage de 80 millions FCFA à Akpakpa vendredi dernier

En effet, au cours de la période allant de ce mois à juillet prochain, des activités programmées pour meubler les manifestations prendront en compte les sensibilisations des enfants et des jeunes par le truchement d’un atelier, l’organisation de la découverte des sites touristiques aux jeunes, la projection des films dans les collèges et lycées sans oublier d’autres actions envisagées pour rendre visibles, lesdites manifestations.
Pour le président du comité d’organisation, M. Christophe CHODATON et ses membres, ce serait la seule occasion pour rappeler au bon souvenir des populations, la célébration chaque 23 août, de la Journée Internationale du Souvenir de la Traite Négrière (JISTNA).

D’une part, les objectifs de cette journée, repris par le CCOM23 à son compte, consisteront à briser le silence sur la traite négrière et l’esclavage dans les différentes régions du monde ; mettre en lumière les traumatismes et les conséquences de cette histoire, les multiples transformations qu’elle a engendrées ainsi que les interactions culturelles nées de ces rencontres contraintes qui sont à la source de la diversité de nos sociétés et contribuer à la réflexion sur les nouveaux défis et enjeux auxquels doivent répondre les sociétés modernes.

| Lire aussi : Dégla : des pistes de solution selon l’ancien ministre de l’intérieur pour combattre le terrorisme

D’autre part, le CCOM 23 constitué de membres pétris de talent en l’organisation desdits événements, y entend rassembler les Béninois et les Afro-descendants du monde sur les lieux de mémoire de Ouidah pour communier ensemble ; mettre en valeur et partager la richesse du patrimoine culturel rassemblé à Ouidah et lié à la traite négrière et à l’esclavage ; faire de la « commémoration du 23 août » un évènement mémoriel incontournable à Ouidah où convergeraient chaque année les peuples victimes de l’esclavage, du Bénin et du monde entier.
La seule occasion pour les 13 millions de Captifs et Déportés Africains de se rappeler cette tragédie qu’est la traite négrière. La date du 23 août a inspiré le nom CCOM23 du comité, devenu association en 2021, en charge de la commémoration de la JISTNA. L’Africain en général et le Béninois en particulier n’oublient jamais leurs aïeux. Ils les honorent au moins une fois par an.




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer

BIENTÔT SUR VOS ÉCRANS







Dernières publications





Facebook