Actualité

Cameroun : 01 journaliste en prison pour un scandale de la sextape

L’investigateur 3/08/2021 à 20:26

Un lanceur d’alerte a faire fuiter l’information selon laquelle le journaliste Martin Camus Mimb et son complice Wilfried Eteki ont reconnu leur culpabilité devant le tribunal et plaidé coupables. Ceci après un bref séjour en prison dû au scandale de la sextape dit "affaire Malicka".

C’était ce lundi 02 août 2021 que l’information tenue secrète a été rendue publique dans la soirée. Or, le 13 juillet, le collectif d’avocats acquis à la cause de la défense de Malicka a annoncé lors d’un point de presse, la poursuite à la justice du promoteur de la Radio Sport Info, Martin Camus et Wilfried Eteki son co-accusé pour « Publication obscène, fausses nouvelles, proxénétismes et diffamations ». C’est ainsi qu’ils ont attendu que les deux hommes répondent de leurs actes.

Lire aussi : Talon : sa façon de s’habiller inspire un journaliste et le célèbre artiste Sagbohan Danialou

En effet, au cours de leur première comparution le 22 juillet dernier, après confrontation des deux parties, à la première audience, Martin Camus a été fixée suite à une citation directe introduite par la victime en question, Malicka Bayemi et ses avocats.

Lire aussi : Cipres : le Bénin prend les destinées de la conférence après la session tenue à Cotonou

D’après Boris Bertolt, le lanceur d’alerte, les deux accusés ont reconnu le 21 juillet devant le tribunal être à l’origine de la diffusion des images à caractère pornographiques de Malicka Bayemi. Le lanceur d’alerte a révélé que : « Concernant l’infraction d’atteinte à l’intimité de la vie privée par voie électronique et publications obscènes et complicités, Camus Mimb de son vrai nom Mimb Hiol Martin Fleur et Eteki Wilfried ont plaidé coupable », rapporte la presse camùerounaise.

Lire aussi : Côte d’Ivoire : abandon des poursuites judiciaires de la CPI contre Simone Gbagbo

De plus, « Ils ont reconnu devant les magistrats avoir diffusé sur les réseaux sociaux les vidéos de Malicka en complicité, y compris favorisé la création de profils multiples qui ont contribué à détruire l’image de la jeune fille ».

Lire aussi : Ministère du commerce : les rapports de performance Gestion 2019 et 2020 validés

Malgré la demande de libération provisoire introduite par les avocats des deux hommes, le tribunal a renvoyé le procès au 04 août prochain « pour les réquisitions du ministère public ».



Société


 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer



Dernières publications





Facebook