Actualités

Bénin : les raisons du limogeage de Johannes Dagnon, conseiller spécial de Patrice

Deo Gratias HOUNKPATIN 12/04/2024 à 07:12

Le mardi 09 avril, Johannes Dagnon, conseiller spécial de longue date du président Patrice Talon et patron du Bureau d’analyse et d’investigation (BAI) à la Présidence de la République a été évincé. Cette décision prise par le chef de l’État, qui se sépare de son cousin a déclenché une série de spéculations quant aux raisons de ce divorce politique.

Le limogeage soudain de Johannes Dagnon a surpris de nombreux observateurs au Bénin. Les tensions entre les deux hommes couvaient depuis plusieurs semaines. Des désaccords majeurs ont éclaté, notamment sur des questions clés telles que la politique à l’égard du Niger, la succession de Patrice Talon en 2026 et le sort réservé aux opposants Reckya Madougou et Joël Aïvo actuellement en prison. En effet, Talon et Dagnon auraient eu une divergence d’opinion sur la politique à adopter à l’égard du Niger voisin. Le conseiller spécial aurait exprimé des inquiétudes quant à la position jugée trop rigide du président envers le régime militaire de Niamey, selon Jeune Afrique.

Il aurait souligné l’impact économique de cette politique, étant donné la dépendance économique du Bénin vis-à-vis du Niger pour ses exportations via le port de Cotonou, rapporte le média. De plus, le désormais ex-patron du BAI aurait tenté à plusieurs reprises de convaincre le chef de l’État d’ouvrir un débat au sein de la majorité présidentielle concernant sa succession et de ne pas imposer un successeur. Il aurait également plaidé en faveur d’un dialogue avec l’opposition, notamment en ce qui concerne les cas des opposants Reckya Madougou et Frédéric Joël Aïvo, tous deux emprisonnés depuis 2021. Selon le média cité, un incident survenu le 23 mars a aggravé la tension entre les deux hommes.

Un groupe de jeunes avait évoqué la possibilité d’une candidature de Johannes Dagnon à la présidentielle de 2026 lors d’une réunion organisée pour présenter les réalisations du Programme d’action du gouvernement. C’était en présence de Benjamin Coovi Dako, le premier secrétaire général adjoint du gouvernement, Arnaud Zannou, responsable au BAI, et Urbain Amégbédji, patron de l’Agence nationale pour l’emploi. Ces trois personnalités avaient publié un communiqué pour dénoncer une « utilisation trompeuse » de leur présence à cet événement. Cette situation a suscité la colère de l’actuel locataire du Palais de la Marina.

D’après la même source, en tentant de resserrer les rangs autour de lui, Talon a convoqué une réunion avec ses alliés politiques de premières heures. A ce rendez-vous, il y avait son ami Olivier Boko, ses anciens ministres Oswald Homeky et Séverin Quenum, le député Charles Toko et également Johannes Dagnon. A la fin de cette réunion, le conseiller spécial aurait réuni à son domicile tous les participants sauf Patrice Talon. Cette initiative n’aurait pas été appréciée par le président qui a manifesté sa colère lors d’une rencontre avec Johannes Dagnon le 8 avril au Palais de la Marina. Le chef de l’État aurait reproché à l’ex-patron du BAI de ne plus lui être loyal et d’entretenir des relations avec d’anciens collaborateurs dont il s’est éloigné.

Les échanges auraient été houleux. Cette discussion tendue le 8 avril a finalement abouti au limogeage de Dagnon, mettant ainsi un terme à une collaboration de trente-six ans. En plus de son rôle au sein de la présidence, il était également membre de conseils d’administration de plusieurs sociétés publiques. Patrice Talon aurait donné des instructions pour qu’il soit rapidement remplacé.




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer





Dernières publications





Facebook