Actualité

Bénin : les 09 leçons à tirer de la rencontre entre Yayi et Talon, selon le parti de Irenée Agossa

L’investigateur 6/10/2021 à 18:12

La rencontre du mercredi 22 septembre 2021 entre les présidents Boni Yayi et Patrice Talon continue de susciter des réactions. La dernière en date est celle d’un ancien collaborateur de Boni Yayi, Irenée Agossa à travers une publication de son parti, Restaurer La Confiance (RLC) sur sa page facebook.

Sur sa page facebook, le parti a fait une publication sur la rencontre entre les deux personnalités pour déduire qu’il y a des leçons à en tirer.
En allant à cette rencontre, selon le parti de l’ancien Directeur général de la SONACOP,

- Boni Yayi a décidé de fumer le calumet de la paix avec Patrice Talon afin de faciliter le dialogue entre les forces politiques de notre pays.

En outre, -l’ex-président a compris que dans un processus démocratique, on peut ne pas être d’accord avec le choix des modèles politique, économique, social...d’un pouvoir en place et pourtant dialoguer avec lui ;

- que rencontrer et négocier avec Talon ne fait pas forcément de soi, un diable ou un traître.

- Tacitement selon RLC, Boni Yayi donne désormais raison à Iréné Agossa qui a pu obtenir les parrainages et prendre part à l’élection présidentielle d’avril 2021 ;

- qu’il était bien possible de battre le Président Talon dans les urnes.

| Lire aussi : Rosine Soglo : Houngbédji présente ses condoléances au président Soglo après sa mort

| Lire aussi : People : Meiway reconnaissant envers Eto’o, tacle son compatriote Didier Drogba

| Lire aussi : Equipe nationale : 02 cadres absents contre la Tanzanie, Dussuyer optimiste. Les détails

- Dès lors, tous ceux qui avaient appelé le peuple à ne pas aller voter en avril 2021 étaient tout, sauf « des Démocrates » et ce sont eux qui ont facilité le maintien de Patrice Talon au pouvoir et renforcer l’Etat de loi donc l’affaiblissement de nos institutions, l’arrestation et l’exil des militants de l’opposition, contrairement au parti RLc qui prône le dialogue pour régler les différends, et permettre l’alternance au pouvoir à travers les urnes.

- L’ancien patron de la BOAD reconnaît qu’il existe un chef d’État au Bénin et qu’il faut le reconnaître en tant que tel pour être son opposant.

- Enfin, Boni Yayi doit comprendre qu’en rencontrant Patrice Talon le 22 Septembre 2021, il annonce les signaux pour une clarification au sein de l’opposition qui doit s’unir pour dialoguer afin de provoquer l’alternance par les urnes.

-D’où la nécessité de rattraper en 2023, ce que cette opposition n’a pas pu en 2021.
Donc, la présence au parlement en 2023 reste un défi pour les opposants.




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer



Dernières publications





Facebook