Présidentielle 2021

Bénin, Azannaï révèle la supercherie des Démocrates et lance un défi à Ahossi

L’investigateur 21/09/2020 à 16:06

Le président du parti Restaurer l’Espoir (RE) a mis les pieds dans le plat. Candide Azannaï comme c’est de lui qu’il s’agit, a fait des révélations qui sans trahir un secret, doivent troubler le sommeil des opposants à Patrice Talon.

Profitant d’une sortie fortuite avec des jeunes regroupés sous le creuset de la « Résistance », l’ancien ministre délégué, chargé de la défense nationale, Candide Azannaï a révélé les dessous des membres de l’opposition qui en réalité, ne sont pas sincères les uns envers les autres. Arguant d’une trahison de ces derniers envers la « Résistance », le député clame sa franchise et soutient ne pas voler au secours du président Eric Houndété et son bureau au cas où le ministère de l’intérieur et de la sécurité publique ne leur accordait pas le récépissé.

Pour Candide Azannaï, au sein du parti Les Démocrates, le Vice-président Léon Ahossi Basile, a financé l’Union Progressiste et a voté UP pendant les récentes élections. « Il ne peut pas s’offusquer du fait qu’il ne se retrouve pas aux réunions de la Résistance », a-t-il ajouté. Dans la même veine, il soutiendra que le président Boni Yayi tenait coûte que coûte à aller aux élections municipales contre le mot d’ordre de la Résistance. Léon Basile Ahossi a-t-il effectivement financé l’Union Progressiste ?

Lire aussi : Dogbo  : l’appel du maire Agossou au conseil communal pour le développement de la ville

La question mérite d’être posée dans la mesure où l’affirmation de Candide Azannaï on le suppose, ne peut venir du néant. Plus est, Léon Basile Ahossi a tiré les 400 coups avec ses anciens amis qui se retrouvent à l’UP. Et, il est bien possible qu’il ait à nouveau des atomes crochus avec le groupe dirigé par le président Bruno Amoussou, son ancien patron à l’Union fait la Nation. Le défi que l’ancien député de la 17ème circonscription doit relever est de chercher l’occasion pour démonter preuves à l’appui, les affirmations de Candide Azannaï.

Mais, ce qui est évident, on sent que cette opposition à Patrice Talon est sens dessus dessous. Les agitations des uns et des autres est la preuve qu’il manque une organisation cohérente en leur sein.
Donc, en désespoir de cause, l’alternance promise au peuple dans ces conditions ne sera pas sauf cas extraordinaire, possible pour 2021.




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer