Batamoussi : les révélations de l'ancien juge de la Criet dans une lettre à ses collègues

Rollis HOUESSOU 19/01/2022 à 19:42

Parti en exile en France depuis quelques mois, l’ancien juge de la cour de répression des infractions économiques et du Terrorisme (CRIET), Essowé Batamoussi revient à la charge. Mais cette fois-ci, c’est à ses collègues qu’il s’est adressé à travers une lettre diffusée par le Journal de l’Afrique.

À travers une lettre publiée ce mardi 18 janvier 2022 par « Le Journal de l’Afrique », l’ex juge Essowé Batamoussi a évoque les raisons de son départ et s’est adressé à ses anciens collègues de la CRIET :" Vous me connaissez et je vous connais bien. Nous avons travaillé main dans la main pendant deux ans et plus. Nous avons, face à des dossiers, échangé sur nos craintes, nos angoisses et sur nos frustrations. Le 1er avril 2021, j’ai décidé de vous abandonner et de partir. Je sais que vous avez compris mon acte. Moins d’une semaine après mon départ, mon ministre de tutelle, dans un dénigrement et un mépris total, déclarait : « Ce juge, je ne le connais pas ». Pire, je suis désormais et dorénavant un terroriste. Il instruit le procureur spécial d’intenter des poursuites contre ma personne. Moi je l’ai compris. L’homme politique fonctionne ainsi. Ses intérêts et rien que ses intérêts", a-t-il rappelé.

| Lire aussi : Abomey-Calavi : une étudiante de l’université échappe au kidnapping sur le campus

À ses collègues, Essowé Batamoussi dit avoir su qu’ils ont envie d’emboîter ses pas, c’est-à-dire de quitter la CRIET comme il l’a fait. Ceci, pour avoir, selon lui, la paix au cœur et un Sommeil tranquille :" Je sais que vous avez envie de faire comme moi. Quitter. Partir. Pour avoir le sommeil paisible, la paix du cœur et de l’esprit. Je sais également que vous êtes fatigués d’entendre au cours vos sommeils des pleurs et des lamentations d’enfants qui vous réclament leurs père et mère parce qu’ils sont devenus orphelins par votre fait. Ces enfants, je les entends dire : « Monsieur le juge, j’ai vu le ministre et il m’a demandé de venir te voir. Il a dit que c’est toi qui m’as rendu orphelin. Monsieur le juge, je veux mes parents pour me donner à manger, m’habiller et m’amener à l’école, comme toi tu le fais avec tes enfants ».", a-t-il écrit. Puisque pour lui, le sommeil de ses anciens collègues est troublé comme ce fut son cas quand il servait la CRIET :" L’esprit de la veuve et du veuf judiciaires tourmente vos sommeils parce qu’injustement condamnés. L’esprit des parents, des proches et des amis arbitrairement condamnés vous persécute chaque jour et tous les jours. L’âme des morts vous persécute. Vous et votre famille n’être plus en paix. Le pays débute sa descente aux enfers. Messieurs les juges, n’est-ce pas assez pour dire non ?", demande Essowé Batamoussi à ses ex collègues.

| Lire aussi : Réformes au Bénin : la commission de l’Uemoa passe en revue les résultats de l’évaluation

Toutefois, le désormais exilé de France, estime qu’il comprend ses anciens collègues puisqu’à l’en croire, les conditions qu’offre la CRIET à ses agents, seraient trop motivantes et excitantes pour qu’un juge se permette de claquer la porte :" Moi, humain, j’essaie de vous comprendre. Les privilèges et les avantages de la CRIET, il faut être fou pour cracher dessus. Et puis, comment quitter lorsque ses déplacements sont surveillés, quand on est mis sur écoute ? Sachez que vous conservez votre libre arbitre et que les victimes et Dieu ne comprendront et ne pardonneront jamais votre rôle si vous ne brisez pas vos chaînes. Sachez-le, vos maîtres d’aujourd’hui deviendront vos bourreaux demain. Les exemples sont légion", a-t-il conclu, rapporte Bénin Web Tv.




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer