Communales 2020

Azannaï : l’auteur du paradigme « Tchékéé » pense que les communales sont d'ores déjà truquées

L’investigateur 15/02/2020 à 18:33

Reçu dans un entretien sur la Croix du Bénin, rapporte bwt, l’ancien ministre délégué, chargé de la défense nationale, Candide Azannaï défend le jet d’éponge de son parti Restaurer l’Espoir (RE). Pour lui, son retrait des communales n’est guère une capitulation.

En effet, dans le cadre des communales et municipales, Restaurer l’Espoir a sorti un communiqué au travers duquel il a annoncé qu’il n’est pas partant pour ces élections. Alors qu’il détient bel et bien son récépissé. Pour son président, l’ancien député Candide Azannaï, on ne peut être vaincu sans avoir participé à une compétition. Au contraire, lui, il pense que les dés sont d’ores et déjà pipés et que la tenue des élections sera juste l’occasion pour remplir une formalité. A l’en croire, « l’élection a un sens si les lois, la Constitution elle-même, les structures impliquées dans l’organisation des élections, la tenue des bureaux de vote, des centres de vote … jusqu’aux résultats, et le fichier électoral ne sont pas confisqués par une seule faction politique… ». Est-ce une fuite en avant ? On peut le penser dès lors qu’il a évoqué comme raisons soutenant le retrait de son parti de la compétition, le problème du quota de 10% au niveau national comme une loi qui « tue l’essence même de la décentralisation ». Parce que ces mêmes lois avaient été votées par les députés de la 7ème législature, l’opposition y compris et particulièrement le seul député estampillé RE, l’honorable Guy Mitokpè. En tout cas, pour Candide Azannaï, les communales sont « … juste pour fariner la communauté internationale et les naïfs(…). On est vaincu lorsqu’on va à une concurrence. Si je ne vais pas à une concurrence, je ne peux pas dire que je vais être vaincu. En réalité, il n’y a pas concurrence. » Des propos provenant du détenteur du « brevet Tchékéé » qui a dit dans un passé récent que ce sont eux qui détiennent le logiciel de la fraude, si fraude il doit y en avoir. Il est vrai que l’ancien ministre sait, à lui seul de quoi il parle. Mais on est sans doute surpris et il est difficile de le comprendre quand il dit que les communales et municipales du 17 mai prochain seront organisées, jute pour tromper la communauté internationale et les non initiés. Si tel est vraiment le cas, pourquoi les autres formations de l’opposition, en l’occurrence les Forces Cauris pour un Bénin Emergent se plient-elles en quatre pour y prendre part ?




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer



Dernières publications





Facebook