Actualités

Assemblée nationale : Aké Natondé justifie le recours de la majorité parlementaire contre Houndété et Cie devant la Cour

L’investigateur 19/05/2023 à 16:58

L’élection des membres des commissions permanentes de l’Assemblée nationale continue de défrayer la chronique. Après la reprise du processus électoral, la majorité parlementaire a déposé un recours devant la Cour Constitutionnelle. Le président du groupe parlementaire Union Progressiste le Renouveau, Aké Natondé a donné les raisons pour lesquelles cette requête a été adressée à la haute juridiction.

Les députés de la mouvance ont saisi la Cour Constitutionnelle pour qu’elle puisse constater que la reprise des élections ordonnée a été effective. "Après la reprise des élections demandée par la Cour Constitutionnelle, nous avons décidé de saisir la Cour aux fins de constater la régularité des élections parce que une fois encore, le même scénario s’est produit où nos collègues des Démocrates n’ont pas voulu occuper un certain nombre de postes qu’on leur a concédés. On se retrouve un peu comme à la case départ mais comme c’est la Cour Constitutionnelle qui nous avait demandé de reprendre les élections, la Cour n’avait pas indiqué les postes à concéder ou quoique ce soit.

Si nous avons saisi la Cour, c’est pour demander à la Cour de constater que nous avons respecté la décision qui a été prise mais que des postes sont restés vacants et nous demandons à la Cour de constater que nos collègues des Démocrates ont refusé d’occuper ces positions et de déclarer régulière les élections et déclarer que les élections au niveau des commissions sont terminées afin que nous ne soyons pas dans du provisoire à tout moment", a expliqué Aké Natondé sur une Radio de la place.

Lire aussi : Assemblée nationale : un recours contre les députés de l’opposition à la Cour Constitutionnelle

L’ancien ministre de Boni Yayi a confié que ce n’est pas une plainte contre les députés du parti Les Démocrates. Mais ce recours vise à amener la haute juridiction à "constater que par leur attitude, ils (députés de l’opposition, ndlr) ont refusé eux-mêmes d’occuper les postes." Il faut préciser que lors de la reprise des élections des membres des commissions permanentes du parlement, Eric Houndété et ses collègues de l’opposition ont refusé les postes de secrétaire des commissions que la majorité parlementaire a voulu leur concéder. Ils n’ont donc pas intégré le bureau des cinq commissions de l’Assemblée nationale.

Les élus du parti Les Démocrates avaient déjà boycotté la première élection. Ils avaient ensuite saisi la Cour Constitutionnelle qui a ordonné la reprise des élections pour tous les postes sauf celui de président des commissions.



Politique


 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer





Dernières publications





Facebook