Actualité

Alpha Condé : l'ex président avoue s'être trompé en nommant Mamadi Doumbouya

L’investigateur 31/08/2022 à 20:23

Alpha Condé a été renversé du pouvoir en Guinée le 05 septembre 2021. Il est actuellement en Turquie, pays qu’il a rejoint le 21 mai 2022. Le président déchu s’est confié à Jeune Afrique sur le putsch de Mamadi Doumbouya.

Alpha Condé regrette d’avoir nommé le lieutenant-colonel à la tête des forces spéciales de la Guinée. Il n’allait pas nommé Mamadi Doumbouya s’il avait un détail sur son parcours. « Le CV de Doumbouya ne m’a jamais été soumis. Si j’avais su que c’était un ancien légionnaire français, je ne l’aurais jamais choisi », a confié l’ancien président.

Selon le média, Alpha Condé a cédé à la pression de certaines personnes de son entourage pour nommer l’actuel président de la transition en Guinée. Il a cité les noms du premier ministre Kassory Fofana, du ministre de la Défense Mohamed Diané, de son conseiller spécial Tibou Kamara et du général Namory Traoré.

| Lire aussi : Talon : en conférence à Paris, le président dévoile son secret de réussite en affaires et à la tête du pays

Alpha Condé est venu au pouvoir le 21 décembre 2010. Après deux mandats, il a révisé la constitution pour briguer un troisième mandat. Cela a conduit à des manifestations violentes qui ont fait plusieurs morts dans le pays. Il va quitter le pouvoir à la suite du Coup d’État organisé par Mamadi Doumbouya.

Ancien légionnaire français, le colonel Doumbouya était un proche d’Alpha Condé. « Je viens de perdre mon conseiller militaire. » Ces mots que l’ancien président Alpha Condé aurait prononcé à son retour à Conakry, juste après la mort de son ami et homologue tchadien Idriss Déby Itno, étaient sans doute prémonitoires. Le maréchal Idriss Déby avait conseillé à Alpha Condé de créer une force spéciale, afin de parer à d’éventuelles menaces terroristes sur son territoire. L’ex-chef d’Etat guinéen va suivre en effet les conseil du maréchal tchadien. Il va mettre en place cette nouvelle unité chargé de protéger le régime. Le commandement de cette force va être confié en 2018 à un homme, le lieutenant-colonel Mamady Doumbouya, l’un de ses chefs militaires de confiance.




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer

BIENTÔT SUR VOS ÉCRANS







Dernières publications





Facebook