Actualité

Affaire faux carnets de vaccination : 05 ans de prison requis contre les mis en cause

L’investigateur 16/11/2021 à 07:34

Les personnes interpellées dans l’affaire "faux carnets de vaccination anti-covid" doivent encore attendre avant de connaître la durée de leur séjour en prison. Ce serait peut-être à l’audience du 29 prochain.

En effet, au cours de l’audience des personnes interpellées dans le dossier « faux carnets de vaccination anti-covid », hier lundi, le ministère public a fait ses réquisitions. Selon les informations de Frissons Radio, 05 ans de prison dont un ferme ; c’est la réquisition dudit ministère public contre certains d’entre eux et 05 ans de prison avec sursis pour d’autres.

A la barre, certains d’entre eux, ont plaidé coupables tandis que d’autres, ont nié les faits à eux reprochés.
Selon Me Koukpolou, l’un des avocats de la défense au micro de Frissons Radio, des agents de santé dans le lot ont « reconnu avoir rendu service gratuitement ». D’autres « destinataires ont quant à eux, avoué avoir reçu de carnets sans être vaccinés ». Poursuivant, il a avoué que la défense a « plaidé la clémence pour certains et la remise en liberté pour d’autres, parce que les faits n’envisageaient pas qu’ils soient condamnés. »

| Lire aussi : Soglo : son absence aux côtés de Talon à la réception des Trésors Royaux, justifiée

| Lire aussi : Port Autonome de Cotonou : découverte des munitions dans un véhicule

| Lire aussi : Fcbe : démission de sept conseillers communaux au sein du parti à N’Dali

Environ 24 personnes dont des agents de santé ont été placées en détention.
Le délibéré, est renvoyé au 29 novembre prochain après l’ouverture de leur procès, hier 15 novembre. Ils sont poursuivis pour abus de fonction et complicités d’abus de fonction.

Rappelons que l’affaire trafic de faux carnets de vaccination anti-covid a pris d’ampleur au Bénin depuis que le gouvernement en Conseil des ministres du 20 octobre 2021, a fait du pass sanitaire, une obligation pour accéder dans l’administration ou à défaut un test PCR covid-19, datant de 48 heures. Une obligation faite aussi bien aux agents qu’aux usagers. Même au niveau décentralisé.
Au total, 15 avocats se sont constitués dans le cadre de l’affaire pour défendre ceux qui sont placés en détention à la CRIET.



Société


 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer

BIENTÔT SUR VOS ÉCRANS







Dernières publications





Facebook