Actualité

Affaire 46 soldats ivoiriens : " le Mali n’obéira à aucun ordre de la Cedeao ", selon son ministre des affaires étrangères

L’investigateur 28/09/2022 à 19:55

Le gouvernement malien n’a pas changé de position par rapport au dossier des 46 militaires ivoiriens détenus à Bamako. Le ministre des Affaires étrangères a confié dans une interview exclusive accordée à la VOA que la CEDEAO a pris partie dans l’affaire et le Mali « n’obéira à aucun ordre ».

Les militaires ivoiriens n’ont pas reçu d’autorisation avant leur arrivée sur le sol malien, selon les explications d’Abdoulaye Diop. « Ces mercenaires ivoiriens sont arrivés à Bamako le 10 juillet, sans préavis et sans l’accord des autorités pour porter des armes de guerre », a-t-il dit dans l’interview.

Le chef de la diplomatie malienne a confié que son pays est prêt à régler la situation à travers le dialogue. « Dans ce contexte sécuritaire tendu, aucun pays sérieux ne permettrait à des hommes armés d’arriver dans son pays… C’est dans cette situation qu’ils sont détenus et leurs dossiers sont déférés à la justice, qui leur donne une caution. Mais néanmoins, de bonne foi, compte tenu de la complexité et de la densité de nos relations avec la Côte d’Ivoire, le Mali a exprimé sa volonté de résoudre le problème par la voie diplomatique et le dialogue », a déclaré Abdoulaye Diop.

| Lire aussi : Bazoum : le président du Niger suspend le transit des produits pétroliers vers le Mali

La CEDEAO manque d’impartialité

Il regrette la manière dont l’affaire est gérée par la Communauté Économique Des États de l’Afrique de l’Ouest. « En l’occurrence, la CEDEAO a traité ce document, que le Mali considère comme un document bilatéral entre deux pays frères très différents, une solution qui doit être trouvée par le dialogue, et accueille naturellement les contributions d’autres pays. La voix du Mali n’a pas été entendue dans cette discussion, et nous ne savons pas sur quoi ces décisions étaient fondées. Toutes les décisions prises sont dans l’intérêt de la Côte d’Ivoire ».

Le ministre des affaires étrangères a mentionné que la CEDEAO n’est pas un tribunal et le Mali n’obéira « à aucun ordre ». Il faut rappeler qu’au cours de son sommet extraordinaire à New-York, l’organisation régionale a demandé la libération immédiate des soldats ivoiriens détenus au Mali. Elle a décidé d’envoyer une mission de trois chefs d’État à Bamako.




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer